What moves your world

HelpMeSee et Cornerstone font la démonstration
de l’efficacité de la CCPI à Fort Worth

Un cycle de présentations en direct qui marque une étape historique du développement du simulateur de formation CCPI signé HelpMeSee

HelpMeSee, une campagne destinée à éliminer la cécité par cataracte dans le monde, et the Cornerstone Assistance Network, une ONG de services à la personne et aux familles défavorisées du Compté texan de Tarrant et alentour, ont uni leurs efforts pour illustrer par des démonstrations une démarche à faible coût qui permet de lutter contre la cécité due à la cataracte : la chirurgie de la cataracte à petite incision manuelle (CCPI). Les démonstrations se présenteront sous la forme d’un comparatif de procédures chirurgicales, à l’appui de la dernière version expérimentale du simulateur CCPI de HelpMeSee.

HelpMeSee et son partenaire pour la technologie de simulation Moog Industrial Group, une division de Moog Inc. (NYSE : MOG.A et MOG.B), ont sélectionné conjointement des ingénieurs Moog pour constituer l’équipe qui a été chargée de la conception et de la fabrication du simulateur CCPI, en collaboration avec les sociétés SenseGraphics et InSimo. Cette équipe sera à pied d’œuvre avec la dernière version du simulateur pour les démonstrations qui auront lieu dans le cadre d’interventions chirurgicales en direct. Cette analyse comparative a essentiellement pour but d’optimiser le système de simulation afin de conférer le maximum de réalisme à la version finale du simulateur CCPI qui sera utilisée pour la formation.

Sous la direction du médecin en chef de HelpMeSee et du docteur ophtalmologiste texan Glenn Strauss, et en collaboration avec la clinique caritative de Cornerstone, sept personnes de la région atteintes d’une cécité curable due à la cataracte seront traitées par cette procédure chirurgicale, par l’intermédiaire du Cornerstone Assistance Network.

« Nous sommes fiers d’accueillir chez nous le Dr Strauss et l’équipe HelpMeSee pour opérer nos administrés dans le but de leur restaurer la vue, a déclaré Lorene McCoy, directrice des services de santé de la clinique caritative de Cornerstone. Notre clinique a pour tradition d’aider les personnes dans le besoin et le fait de participer à l’initiative mondiale de HelpMeSee pour lutter contre la cécité due à la cataracte est pour nous un motif de fierté supplémentaire. »

La démarche de HelpMeSee vient renforcer la reconnaissance de la CCPI en tant que meilleure méthode actuelle pour traiter les près de 22 millions de personnes actuellement atteintes de cécité due à la cataracte dans le monde.

Pour le Dr Glenn Strauss, « c’est une étape historique du développement du simulateur CCPI. En observant de visu la procédure CCPI en direct, nos partenaires techniques vont pouvoir comparer avec précision les performances de ce simulateur de dernière génération par rapport à l’état actuel de la chirurgie – avec un degré de réalisme encore jamais atteint en matière de simulation médicale. »

Toujours selon le Dr Strauss, le simulateur CCPI une fois parachevé, testé et validé par les programmes d’ophtalmologie des principales facultés américaines et européennes, permettra de former des milliers de spécialistes dans les pays du tiers-monde, lesquels pourront opérer localement dans les meilleures conditions d’efficacité et de sécurité.

Selon l’American Academy of Ophthalmology, la CCPI donne des résultats comparables à ceux de la procédure la plus couramment utilisée, dite de la phacoémulsification, en termes de sécurité et de qualité de restauration de la vue. Bien qu’encore peu utilisée, la CCPI fait de plus en plus d’adeptes dans de nombreux pays, en raison de son aptitude à traiter aussi bien les cas courants que les cas complexes de cataracte avec une grande sécurité et un taux élevé de réussite.

« Un net avantage de la CCPI par rapport à la phacoémulsification réside dans le fait qu’elle permet de guérir les cas avancés de cataracte dans le tiers-monde avec une très grande sécurité, ajoute le Dr Strauss. Les patients sans accès aux soins développent des cataractes beaucoup plus avancées que ceux qui peuvent être opérés avant que leur cataracte ne conduise à la cécité. Cette procédure est une solution parfaite car elle donne la même qualité de résultats que la chirurgie actuelle de la cataracte, tout en étant beaucoup moins coûteuse. »

Toujours selon le Dr Strauss, bien que la méthode de la phacoémulsification soit considérée comme l’étalon-or de l’opération de la cataracte, elle demande un matériel onéreux et une source de courant sans coupures, deux conditions qu’il est très difficile de réunir dans les pays du tiers-monde où résident presque toutes les personnes atteintes de cécité due à la cataracte. En outre, le coût global et la maintenance du matériel et des fournitures en font une procédure prohibitive dans les régions qui ne disposent pas des infrastructures adéquates.

Les cas de cataracte non traités sont la principale cause de cécité au niveau mondial, puisqu’ils représentent 51% de cas. Près de 22 millions de personnes sont atteintes de cécité binoculaire due à la cataracte et on estime à 167 millions le nombre de personnes souffrant d’une gêne visuelle du fait de la cataracte. La triste vérité est qu’une large majorité des personnes ainsi handicapées vit dans les pays du tiers-monde où les moyens de subsistance et le bien-être des familles dépendent pour beaucoup d’une bonne vue. Faute d’accès à des services médicaux de qualité, ces populations ne peuvent bénéficier des prestations chirurgicales qui seraient susceptibles de leur restaurer la vue.